L’après-cancer du sein
Suivi médical & réinsertion

Suivi médical après cancer du sein

La surveillance médicale permet de traiter les possibles effets secondaires tardifs des traitements du cancer du sein, et de mettre en place les soins de support adaptés lorsque cela est nécessaire. Des consultations et examens médicaux réguliers durant les 5 années qui suivent la fin des traitements sont nécessaires pour détecter le plus rapidement possible les signes cliniques annonciateurs d’une possible récidive du cancer. Ce suivi permet aussi d’accompagner les patientes sur le plan socioprofessionnel et psychologique.

Après la fin des traitements pour un cancer du sein, un suivi régulier est mis en place. Celui-ci permet de s’assurer de l’absence de récidive et d’apporter un soutien aux femmes qui font parfois face aux répercussions psychologiques et physiques des traitements du cancer. Une fois les traitements terminés, la plupart du temps, le suivi après cancer repose sur :

  • des consultations en alternance (avec les différents spécialistes du cancer : oncologue, radiothérapeute, chirurgien gynécologue, etc.) tous les 4 à 6 mois pendant 5 ans, puis une fois par an ;
  • la réalisation d’une mammographie +/- échographie mammaire annuelle.

En cas de signe clinique inhabituel, votre médecin peut demander la réalisation d’autres examens complémentaires (analyse de sang, examens d’imagerie, etc.).

Quels sont les signes à surveiller ?

Afin d’anticiper la survenue d’une récidive du cancer, ces symptômes doivent vous amener à consulter votre médecin :

Z

Fatigue importante et inhabituelle

Z

Perte de poids sans modification du régime alimentaire

Z

Palpation d’une masse dans le sein traité ou le sein controlatéral

Z

Douleurs osseuses difficilement calmées par la prise de médicaments

Z

Troubles digestifs (nausées, perte d’appétit

Z

Troubles respiratoires (toux persistante et irritante, essoufflement, difficultés respiratoires…)

Z

Troubles neurologiques (vertiges, engourdissement des extrémités, maux de tête, troubles de la vision…)

Ces signes cliniques ne sont pas forcément synonymes de récidive du cancer. Ils sont peut-être révélateurs d’une autre pathologie tout à fait bénigne, mais il est important de ne pas les négliger et d’en parler à votre médecin au moindre doute.

Si c’est votre souhait, c’est le moment d’évoquer avec votre médecin la question de la reconstruction mammaire différée et d’envisager les différentes options possibles.

C’est aussi le moment de faire retirer le port-à-cath® (ou PAC, il s’agit d’un cathéter à site d’injection implantable ) pour les femmes qui ont conservé leur cathéter pour la chimiothérapie.

Après cancer : gérer ses émotions

Z

Le sentiment d'abandon

Lorsque les traitements se terminent, les femmes peuvent avoir un sentiment d’abandon. Durant les mois du traitement, elles sont accompagnées et encadrées dans les différents services médicaux. Leurs journées sont rythmées par les traitements. Quand ils arrivent à leur terme et que la phase de guérison ou rémission arrive, de nouvelles habitudes sont à prendre et les patientes se sentent perdues.

Z

La peur de la récidive

Les patientes conservent la peur de la récidive, et peuvent même parfois se demander si elles sont bien guéries. Intégrer cette information peut prendre du temps. Les consultations de surveillance peuvent maintenir cette angoisse, et le moindre signe clinique peut être une source de stress. Les examens réguliers permettent de rassurer les femmes quant à une éventuelle rechute, mais il n’est pas nécessaire d’en réaliser de façon trop rapprochée, car cela pourrait augmenter leur angoisse. Au fil du temps, cette angoisse s’estompe naturellement avec les contrôles réguliers.

Z

Le besoin d'un soutien psychologique

Par ailleurs, lorsque les femmes ont subi une ablation du sein, accepter sa nouvelle image peut prendre du temps en attendant la reconstruction (si la patiente le souhaite).

Pour toutes ces raisons, un soutien psychologique peut aider les patientes à faire face à toutes les problématiques et aborder leur nouvelle vie plus sereinement.

Après cancer du sein

Activité physique après un cancer du sein : atténuer la fatigue

Une activité physique régulière durant et après les traitements est vivement recommandée. Souvent, les patientes reprennent une activité physique à la fin des traitements, lorsque la vitalité s’améliore. L’activité physique permet de se sentir mieux dans son corps et dans sa tête. En outre, elle assure un lien social puisque les patientes sont au contact d’autres personnes. Elle aide à gérer le stress et la fatigue accumulés durant cette épreuve du cancer du sein.

La pratique sportive peut reprendre dans le cadre de l’activité physique adaptée, un des soins de support proposés par les établissements de soins du cancer. Les séances s’organisent en groupe avec d’autres malades du cancer du sein et peuvent comprendre tout un panel d’activités (yoga, gym douce, etc.).

La récupération peut parfois prendre plus de temps qu’avant le cancer. La fatigue liée aux traitements du cancer est importante et détériore la condition physique et les limites des patientes. Les femmes sont plus vite fatiguées, et cela prend plus de temps pour regagner une énergie correcte.

Vie sexuelle après un cancer du sein

La chirurgie, notamment la mastectomie, modifie profondément le corps de la femme. Les différents traitements qui entraînent une fatigue ou une perte de cheveux renforcent ce sentiment de perte d’estime de soi et de sa féminité. Les relations intimes au sein du couple peuvent être compliquées. La patience, la communication et la réappropriation de son image sont nécessaires pour retrouver une intimité et une sexualité épanouie après le cancer du sein.

Après cancer du sein : surveiller son alimentation

Les traitements sont aussi responsables de modifications importantes du poids. Le manque d’activité physique, la prise de médicaments, le stress propice au grignotage sont autant d’éléments qui peuvent entraîner une prise de poids. Pour cela, l’accompagnement par un médecin diététicien ou un psycho-oncologue peut aider les patientes à reprendre des habitudes alimentaires plus saines. Rencontrer un professionnel de santé spécialisé peut aussi être une bonne idée pendant les traitements, pour prévenir la prise de poids.

Certaines habitudes sont par ailleurs considérées comme étant des facteurs de risque possibles du cancer du sein. L’après-cancer est alors l’occasion de stopper le tabagisme, la consommation d’alcool ou de nourriture trop grasse et peu variée.

Réinsertion socioprofessionnelle après cancer

Les patientes ne poursuivent pas toutes leur activité professionnelle pendant le traitement. La fatigue et les contraintes des rendez-vous médicaux réguliers peuvent nécessiter un arrêt médical prolongé. Le retour au travail est alors quelquefois vécu comme une véritable source d’angoisse par les femmes. D’autre part, les conditions de travail peuvent ne plus convenir après le cancer et il est nécessaire d’adapter son poste de travail.

Rencontrer une assistante sociale ou une des associations de bénévoles peut être utile pour discuter de ses difficultés actuelles et ses projets futurs. Cela peut être l’occasion également d’aborder les difficultés de la vie de tous les jours, comme les tâches administratives ou les besoins d’emprunt, etc.

Le cancer est une épreuve pour les malades et leurs proches. Cela peut prendre du temps pour retrouver un rythme de vie normal. L’appui des différents professionnels permet de transiter en douceur pour retrouver une qualité de vie agréable et de réduire le stress engendré par la maladie.

 

Prendre rendez vous au centre de la chirurgie de la femme à paris