Le Cancer du Sein
Ce que vous devez savoir

Cancer du sein – Généralités

Chaque année, à peu près 60 000 nouveaux cas de cancer du sein sont diagnostiqués en France. Si le taux de guérison s’améliore au fils des ans, il reste le cancer féminin le plus fréquent et environ 12 000 patientes décèdent de ce cancer. En France, il fait l’objet d’un dépistage organisé, mais aussi d’un dépistage personnalisé qui permet une prise en charge la plus précoce possible et ce dépistage a permis une réduction significative de la mortalité.

 Cancer du sein en France: Chiffres-clés

Z

58 459 nouvelles personnes chaque année*

Z

12 146 décès par an*

Z

Taux de survie à 5 ans (tous cancers du sein confondus) : 87%*

Z

1er cancer féminin en France

Z

75 % des personnes touchées le sont après 50 ans

Z

Moins de 10 % des cas se déclarent avant 40 ans

(*selon les derniers chiffres produits par l’agence de Santé Publique de 2018).

Cancer du sein : les facteurs de risque

Z

L’âge

Z

La prédisposition génétique

Z

Un antécédent personnel de pathologie mammaire

Z

Un antécédent personnel d’irradiation thoracique médicale à forte dose

Cancer du sein – Informations à connaitre

Z

Définition

Le cancer du sein est une tumeur maligne qui se développe dans les cellules du sein, provoquant la destruction et l’envahissement des tissus. Cette tumeur peut potentiellement se propager aux tissus voisins, et parfois envahir d’autres parties du corps humain : on parle alors de métastases. 

Une altération du génome des cellules cancéreuses entraîne un comportement anarchique de la cellule avec une prolifération non maîtrisée de la croissance cellulaire. Cette prolifération cellulaire ne respecte plus les codes avec une infiltration des tissus et des vaisseaux environnants.

Nous mettrons à part, les lésions mammaires dites in situ qui ont un comportement localement agressif, mais avec un risque tardif de maladie générale. Concept de maladie locale vs maladie générale. 

Fort heureusement, la grande majorité des pathologies mammaires ne sont pas cancéreuses avec les lésions kystiques mammaires, les tumeurs bénignes tels les fibroadénomes, lésions qui très exceptionnellement peuvent devenir cancéreuses.

Z

Dépistage organisé du cancer du sein

La France organise depuis 2004 un dépistage organisé qui permet à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans de bénéficier d’un examen clinique des seins et d’une mammographie tous les deux ans sur simple invitation.

Ce dépistage est proposé à toutes les femmes qui ne présentent aucun facteur de risque ni symptôme particulier. Il permet de détecter les tumeurs à un stade précoce pour une meilleure prise en charge et un meilleur pronostic.

Cancer du sein : Autres facteurs de risque

D’autres facteurs de risque sont suspectés de jouer un rôle dans la survenue du cancer du sein, tels que :

  • L’âge de la première grossesse,
  • L’allaitement,
  • L’âge des premières règles et l’âge de la ménopause
  • Le nombre d’enfants,
  • Le surpoids ou l’obésité,
  • Une imprégnation hormonale prolongée

 

facteur risque cancer sein

Les différents types de cancer du sein

Le cancer du sein continue de toucher près de 60 000 nouvelles personnes chaque année en France. Les traitements médicaux et chirurgicaux, ainsi que les techniques d’imagerie permettent aujourd’hui une meilleure prise en charge. Cependant, il est encore responsable de 12 000 décès par an. La plupart des cancers du sein se développent après 50 ans et chez les femmes ménopausées.

Le Centre de chirurgie de la femme met tout en œuvre pour permettre un diagnostic et une prise en charge thérapeutique rapide et efficace. Par ailleurs, une attention particulière est portée aux jeunes femmes qui manifestent un désir de grossesse, ainsi qu’aux patientes aux antécédents héréditaires connus. La prévention et une surveillance sont organisées en conséquence. La conservation de la fertilité restant la priorité absolue pour tous les membres de notre équipe pluridisciplinaire.

La plupart des tumeurs cancéreuses du sein prennent naissance dans les canaux galactophores : on parle alors de cancer canalaire, ou les lobules : ce sont les cancers lobulaires. Ils sont répartis en deux catégories : non invasifs (encore appelés in situ) et invasifs (ou infiltrants).

Les cancers du sein in situ

  • 25 % des tumeurs malignes sont des cancers du sein non invasifs, c’est-à-dire que les cellules cancéreuses se limitent à leur siège initial sans infiltrer les tissus avoisinants. Le traitement proposé est un traitement local souvent la chirurgie plus ou moins associée à la radiothérapie
  • 8 cancers in situ sur 10 sont des carcinomes canalaires.

Les cancers du sein infiltrants

  • 75 % des cancers du sein sont infiltrants. Cela signifie que les cellules cancéreuses ont franchi une frontière qui est la membrane basale, membrane séparant les cellules mammaires des vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Ces tumeurs sont plus susceptibles de se propager aux ganglions lymphatiques axillaires ou à d’autres zones du corps pour former des métastases, si elles ne sont pas prises en charge et traitées rapidement.
  • 75 % des cancers du sein infiltrants sont canalaires,
  • 10 % sont lobulaires. Mais certaines formes, plus rares, existent.

En fonction du type et du stade de la tumeur, la prise en charge et le pronostic varient.

Diagnostic du cancer du sein

Examen clinique, mammographie

Afin de poser le diagnostic de cancer du sein, plusieurs étapes sont nécessaires. La première consiste à réaliser un examen clinique des seins ainsi qu’une mammographie et une échographie lorsqu’une grosseur apparaît. Ces deux examens peuvent être complétés d’une IRM mammaire ou d’une angiomammographie en cas de besoin. Cette première phase permet de déterminer la taille, la localisation, l’unifocalité ou la multifocalité de la masse suspecte.

Pour confirmer ou infirmer le diagnostic, on réalise des prélèvements biopsiques pour déterminer le caractère malin ou bénin de la masse détectée. Par ailleurs, en cas de cancer du sein, la biopsie apporte d’autres précieuses informations sur la tumeur en analysant les récepteurs hormonaux, l’expression de la protéine HER2 et la prolifération cellulaire.

Bilan d’extension

En présence d’un carcinome infiltrant, on réalise un bilan d’extension pour évaluer l’étendue de la propagation du cancer et vérifier la présence de localisations à distance (métastases). En fonction du type de cancer, de ses caractéristiques moléculaires et de son agressivité, plusieurs examens peuvent être demandés comme le TEPSCAN, la scintigraphie osseuse ou un scanner TAP.

La classification des tumeurs du sein

La classification des cancers du sein a beaucoup évolué depuis plusieurs années et nous préférons maintenant utiliser la classification moléculaire de Perou établie en 2000 qui reflète mieux la réalité pronostique et thérapeutique actuelle des cancers du sein :

luminal A, luminal B, HER2, basal-like et normal-like.

Mais cela sans oublier la réalité clinique concernant la taille tumorale, l’atteinte ganglionnaire et les localisations secondaires métastatiques (ancienne classification TNM)

Cancer du sein chez l’homme

Le cancer du sein peut aussi toucher les hommes et il faut savoir y penser devant l’apparition d’un nodule chez un homme. Cependant, la proportion d’hommes touchés par le cancer du sein reste faible et on estime que seulement 1 % des cas de cancer du sein touche les hommes.

 

Le traitement de ces patients s’appuie souvent sur la même prise en charge thérapeutique que chez les femmes, avec nécessité d’un bilan oncogénétique car souvent associé à une anomalie du gène BRCA

Prendre rendez vous au centre de la chirurgie de la femme à paris