Les principaux traitements
des cancers du sein

Traitement du cancer du sein: une approche personnalisée

Les traitements du cancer du sein ne sont pas les mêmes pour toutes les patientes. Ils dépendent des caractéristiques de la tumeur (sa localisation, son volume, son grade, son stade, la présence ou non de récepteurs hormonaux…), mais aussi de l’âge et de l’état de santé global de chaque patiente. Les traitements sont donc à adapter à la patiente et à son cancer : c’est le concept de traitement personnalisé qui prévaut en 2020.

Les principaux traitements des cancers du sein sont la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie, l’hormonothérapie et les thérapies ciblées. Ils peuvent être proposés seuls ou combinés entre eux.

La chirurgie du cancer du sein

L’intervention chirurgicale est généralement le premier traitement envisagé pour traiter le cancer du sein. Elle sert à retirer la tumeur pour permettre l’analyse de ses composants en laboratoire d’anatomopathologie. Les résultats sont utiles pour prévoir la suite des traitements. Plusieurs actes chirurgicaux sont possibles, en fonction de la tumeur.

Z

La mastectomie partielle ou tumorectomie

Le chirurgien préserve le sein en ne retirant que la zone où est situé le cancer. Cette méthode conservatrice est privilégiée lorsque tous les éléments diagnostiques le permettent.

Z

La mastectomie totale

En revanche, il arrive que la maladie soit à un stade trop avancé ou que la nature du cancer nécessite l’ablation totale du sein. Dans une telle situation, l’équipe médicale propose une reconstruction mammaire immédiate ou différée.

Z

La technique du ganglion sentinelle

Cette méthode tend à remplacer de plus en plus le curage ganglionnaire classique. Elle consiste à retirer uniquement le ou les premiers ganglions lymphatiques de la chaîne ganglionnaire axillaire pour analyse. Pour localiser ce ganglion sentinelle, le spécialiste procède à l’injection d’un produit (colorant ou traceur radio-actif). Si l’on retrouve des cellules cancéreuses lors de l’analyse du ganglion sentinelle, un curage ganglionnaire peut être nécessaire et cela peut conduire à une modification du traitement initialement prévu.

Z

Le curage ganglionnaire axillaire

Ce geste chirurgical accompagne généralement la tumorectomie. Le chirurgien extrait une partie de la chaîne de ganglions lymphatiques du côté du sein où siège la tumeur pour la faire analyser. Si l’on y retrouve des cellules cancéreuses, cela signifie que la tumeur comporte une extension et qu’il faut approfondir les investigations.

Si la tumeur du sein est à un stade avancé avec présence de métastases, le traitement par chirurgie n’est pas toujours privilégié.

Autres traitements du cancer du sein

Z

La chimiothérapie

La chimiothérapie consiste à administrer par voie orale ou injectable un ou des médicaments. Le protocole est établi en amont et comprend l’injection d’une seule molécule ou l’association de plusieurs. Bien souvent, l’oncologue prévoit de réaliser le protocole de chimiothérapie après la chirurgie : on parle de chimiothérapie adjuvante. Mais il peut arriver que ce traitement soit administré avant le geste chirurgical, par exemple pour réduire la taille de la tumeur avant l’opération : on parle alors de chimiothérapie néo-adjuvante. Réalisée en postopératoire, la chimiothérapie vise à réduire les risques de récidive tumorale.

 

La chimiothérapie n’est pas systématique. Chez les patientes non ménopausées, âgées de moins de 50 ans, elle est administrée de façon adjuvante et parfois associée à une hormonothérapie. Chez les patientes plus âgées, en revanche, on l’envisage en cas d’envahissement des ganglions axillaires ou de facteurs de mauvais pronostic.

Z

La radiothérapie externe

La radiothérapie agit au niveau local. Elle consiste à détruire les cellules cancéreuses et ralentir leur développement grâce à l’administration de radiations à haute énergie, de manière très focalisée. Concernant le cancer du sein, le traitement consiste à délivrer en ambulatoire des doses fractionnées de radiations au cours de séances quotidiennes s’étalant sur plusieurs semaines.

Elle peut être réalisée après la chirurgie ou après la chirurgie et la chimiothérapie pour maximiser les bénéfices des traitements et limiter le risque de récidive locorégionale.

Z

L’hormonothérapie

Ce traitement médicamenteux permet de réduire le risque de récidive en cas de cancer hormono-sensible (RH+). Elle peut être prescrite après une chimiothérapie ou administrée seule. Dans certains cas, on l’envisage avant la chirurgie. Elle tient compte également de l’âge de la patiente et de son statut ménopausique.

Plusieurs molécules sont envisageables, selon le dossier personnel de la patiente. Le plus souvent, le traitement hormonal doit être suivi durant 5 ans. Plusieurs études sont actuellement conduites pour savoir si un traitement plus long peut permettre d’éviter les récidives dites tardives.

Les thérapies ciblées

Les thérapies ciblées ont une action exclusivement ciblée sur les cellules cancéreuses en préservant les cellules saines, contrairement à la chimiothérapie. Cela entraîne moins d’effets secondaires. Ces traitements visent une caractéristique présente uniquement sur les cellules cancéreuses, comme l’expression de la protéine Her2. Les injections sont réalisées seules ou combinées à la chimiothérapie adjuvante à un intervalle prédéfini, pendant une période d’environ un an.

Ces traitements sont aussi envisagés face à des cancers du sein de stade avancé avec présence de métastases afin de limiter la progression tumorale (la propagation des cellules cancéreuses à d’autres zones du corps par les vaisseaux situés à proximité de la tumeur).

 

La stratégie thérapeutique dépend donc de plusieurs facteurs, propres à chaque cancer du sein et chaque patiente. Elle est élaborée au moment du diagnostic du cancer du sein lors d’une discussion concertée avec plusieurs spécialistes : oncologue, radiothérapeute, chirurgien gynécologue, anatomopathologiste, radiologue, etc. Son choix se base sur les caractéristiques de la tumeur, le stade et l’avancée de la maladie, mais aussi selon l’état de santé de chaque patiente pour permettre d’optimiser les chances de guérison.

 

Prendre rendez vous au centre de la chirurgie de la femme à paris