Prévenir le Cancer du sein
Comment réduire les risques

Réduire les risques de cancer du sein

Le cancer du sein est une pathologie qui peut être liée à plusieurs facteurs. Si certaines causes ne sont pas modifiables, il est possible d’agir sur un certain nombre d’entre elles pour réduire le risque de développer une tumeur maligne.

Améliorer quelques habitudes de vie (alimentation, tabac, alcool, environnement…) contribue à la prévention de cette maladie. En complément des petits gestes du quotidien, un suivi médical régulier ainsi que la bonne observance du dépistage du cancer du sein permettent de détecter au plus vite la présence de tumeur.

Facteurs de risque évitables

Il est possible d’agir sur certains facteurs de risque pour limiter le risque de cancer. Le comportement et les habitudes de vie ont une part de responsabilité dans l’apparition du cancer du sein: 

Z

L’obésité et le surpoids

Le nombre de personnes obèse ou en surpoids est à peu près équivalent chez les hommes comme chez les femmes, en France. On note une corrélation entre l’apparition du cancer du sein et ce facteur de risque évitable, particulièrement chez les femmes ménopausées.

Z

Le manque d’activité physique

Ce facteur a été responsable de près de 3 000 nouveaux cancers en France en 2018 chez les adultes de plus de 30 ans. La majeure partie de ces cas concernent les femmes, et notamment les femmes ménopausées.

Z

Le tabagisme

La consommation régulière de tabac augmente le risque de développer un cancer, peu importe la localisation. L’arrêt complet du tabac est vivement recommandé pour réduire les risques.

Z

L’alcool

La consommation d’alcool est elle aussi considérée comme facteur de risque évitable du cancer, y compris le cancer du sein. L’alcool serait responsable de 8 % des nouveaux cas de cancers, quelle que soit la localisation.

Z

L’alimentation

Une alimentation déséquilibrée augmente les risques de cancer. Une consommation insuffisante de légumes, de fruits et de produits laitiers, ainsi qu’une surconsommation de viande rouge et d’aliments transformés seraient responsables de 2 500 nouveaux cas en France en 2018.

Principaux facteurs de risques du cancer du sein

Plusieurs facteurs de risque sont propices au développement du cancer du sein. On ne peut pas agir sur ces éléments. Ces données sont cependant collectées lors de l’interrogatoire poussé réalisé au cours d’une consultation et contribuent à établir le diagnostic et envisager la prise en charge thérapeutique.

Z

Le sexe et l’âge

Les principaux facteurs sont l’âge et le sexe. Si les hommes peuvent aussi être touchés par cette pathologie, ils ne représentent qu’environ 1 % des cas de cancer du sein. Les femmes sont donc plus touchées par cette maladie. Par ailleurs, le cancer mammaire se développe le plus souvent après 50 ans (pour 80 % des cas). Des risques associés peuvent avoir une influence sur la survenue de ce type de cancer, comme des premières règles précoces, une ménopause tardive, l’âge de la première grossesse ou encore la durée d’allaitement.

Z

Les antécédents personnels médicaux & familiaux

L’histoire personnelle médicale peut augmenter le risque de cancer du sein. On remarque en effet que les femmes ayant déjà eu un cancer du sein ou certaines pathologies bénignes mammaires (comme l’hyperplasie) ont plus de risques de développer une autre tumeur maligne du sein.

Des antécédents d’irradiation thoracique (radiothérapie) peuvent également accroître ce risque.

En présence de plusieurs antécédents familiaux de cancer de sein, le risque est augmenté puisqu’on estime qu’entre 20 et 30 % des cancers du sein apparaissent chez des patientes ayant des antécédents dans leur famille.

Z

La prédisposition génétique

Selon le degré de risque observé, il est possible d’effectuer une enquête oncogénétique pour mesurer la probabilité de développement d’une tumeur maligne et repérer des anomalies (ou mutations génétiques) des gènes BRCA1,BRCA2 et PALB2. Cette consultation d’oncogénétique est proposée aux femmes dont plusieurs membres de la famille sont touchés par le cancer du sein. L’enquête oncogénétique est bénéfique non seulement pour la patiente, mais aussi pour les membres de sa famille proche concernés par les résultats.

Réduire le risque de cancer du sein

Des gestes simples permettent, au quotidien, de limiter les risques de développer un cancer du sein.

Les recommandations propres aux facteurs évitables sont :

  • privilégier une alimentation équilibrée et variée ;
  • pratiquer une activité physique régulière ;
  • arrêter le tabac ;
  • limiter sa consommation d’alcool.

 

Pour les femmes âgées de 50 à 74 ans, il existe le dépistage organisé du cancer du sein. Tous les deux ans, une invitation est envoyée systématiquement afin de faire pratiquer une mammographie et une échographie mammaire. Ce dépistage concerne toutes les personnes à « risque moyen », c’est-à-dire qu’elles ne présentent pas de facteurs de risque tels que des antécédents familiaux, personnels médicaux, ou génétique. Entre ces mammographies, il est important d’être attentif au moindre symptôme, car une tumeur peut se développer entre deux contrôles.

Pour les personnes à risque élevé, il faut observer une surveillance adaptée et personnalisée auprès d’un professionnel de santé.

Par ailleurs, le suivi médical est nécessaire pour toutes les femmes, quel que soit leur âge, pour détecter les tumeurs le plus rapidement possibles. Un examen clinique avec palpation mammaire, auprès du médecin traitant et du gynécologue, doit être réalisé régulièrement. 

 

 

Prendre rendez vous au centre de la chirurgie de la femme à paris