Diagnostic des cancers du sein
modalités et examens

Le diagnostic du cancer du sein

Le diagnostic est la procédure qui consiste à recueillir toutes les données nécessaires à l’identification de l’origine d’un problème de santé. Pour le cancer du sein, le processus diagnostique correspond à la période comprise entre la découverte d’une tuméfaction dans le sein, et l’obtention des résultats de tous les examens complémentaires.

 

 

Les signes cliniques

L’apparition de signes cliniques, la palpation d’une masse suspecte ou la découverte d’une lésion à la mammographie de dépistage sont des éléments déclencheurs et doivent attirer votre attention.

 

Les principaux signes qui doivent attirer votre attention sont les suivants:

Z

Un mamelon déformé ou rétracté vers l’intérieur

Z

Un aspect « peau d’orange » de la peau du sein

Z

Un écoulement du mamelon (notamment s’il contient du sang ou s’il est de couleur sombre)

Z

Une ride ou fossette à la surface du sein

Z

Une zone du sein rouge, chaude, inflammatoire

Z

L’apparition de croûtes ou un aspect eczématiforme du mamelon

Diagnostic des cancers du sein : le bilan clinique

Z

La 1ère consultation

La première étape du processus diagnostique s’appuie sur les données recueillies lors d’une consultation auprès de votre médecin. Celui-ci procède à un interrogatoire détaillé. Il vérifie vos antécédents familiaux, vos antécédents personnels médicaux, l’apparition de nouveaux symptômes et les possibles contre-indications à certains traitements. Un premier examen clinique avec palpation mammaire vient compléter ce bilan.

S’il le juge nécessaire, votre médecin traitant ou gynécologue peut vous orienter vers un spécialiste pour vérifier si la masse perçue à la palpation est bénigne ou maligne. À ce stade du processus diagnostique, le médecin doit aussi éliminer toute autre cause pouvant expliquer la symptomatologie. Certains symptômes peuvent en effet être révélateurs d’une autre pathologie mammaire bénigne et ne sont pas nécessairement imputables à un cancer du sein.

Z

Cancer du sein : Le bilan gynécologique

Toutes les femmes doivent réaliser un bilan gynécologique régulièrement durant leur vie. Cet examen doit avoir lieu en moyenne une fois par an et doit comprendre une palpation mammaire. Entre chaque consultation gynécologique, il est recommandé de pratiquer l’autopalpation mammaire régulièrement afin de prendre connaissance de tout signe inhabituel.

L’apparition d’un nodule dans le sein, découvert lors d’un examen gynécologique ou d’une autopalpation, peut être un signe de tumeur mammaire. Ce nodule est habituellement bien palpable, d’aspect induré, mais non douloureux.

Outre l’apparition d’un nodule dans le sein, la découverte d’un ou plusieurs des symptômes suivants est susceptible de motiver une consultation rapide auprès d’un médecin pour pousser les investigations :

Les examens complémentaires

Lorsque l’on suspecte la présence d’un cancer du sein à la suite du bilan clinique, des examens complémentaires sont nécessaires pour confirmer le diagnostic ou éliminer la présence de cette pathologie. Ces examens permettent d’obtenir des informations précises sur les caractéristiques de la tumeur en fonction desquelles les médecins pourront adapter le traitement.

 

La mammographie et l’échographie mammaire

C’est l’examen de référence pour étudier la structure du sein. On la prescrit lorsqu’une anomalie mammaire est repérée par la patiente ou son médecin. Elle est généralement complétée par une échographie mammaire pour obtenir des clichés supplémentaires et aider à la localisation exacte du nodule perçu. La mammographie et l’échographie sont en mesure de différencier une tumeur du sein d’un kyste liquidien bénin.

L’échographie complémentaire est également utile dans le diagnostic du cancer du sein chez les femmes jeunes, dont les seins sont plus denses. Elle permet, dans ce cas, d’obtenir une meilleure vision de la structure interne pour être certain de ne pas passer à côté d’une tumeur maligne.

Une IRM mammaire, une angio-mammographie ou une tomo 3D complètent parfois ces premiers examens.

 

La biopsie

La biopsie est envisagée si les examens précédents ne permettent pas d’affirmer de façon formelle que le nodule détecté précédemment est bénin. On réalise alors des prélèvements de tissus à l’intérieur du nodule pour les faire analyser par un laboratoire d’anatomopathologie. Généralement, la biopsie se pratique sous anesthésie locale à l’aide d’une grosse aiguille ou trocard. Elle peut être guidée par échographie ou IRM.

Parfois, lorsque les conditions le nécessitent, le prélèvement a lieu durant l’intervention chirurgicale qui consiste à retirer la tumeur : on parle alors d’examen histologique extemporané.

Les résultats de la biopsie sont importants pour la suite de la prise en charge thérapeutique, puisqu’ils indiquent le type et le grade de la tumeur, sa nature bénigne ou maligne, si le cancer est hormono-dépendant, si s’agit d’une tumeur de forme agressive, etc.

 

Le bilan d’extension

Si les données du bilan initial laissent à penser que des cellules cancéreuses ont pu migrer dans d’autres parties du corps, à distance du foyer initial de la tumeur (le sein), le médecin demande la réalisation d’examens supplémentaires.

Ces examens visent à éliminer ou confirmer la présence de localisations secondaires : les métastases. Il peut s’agir d’un bilan sanguin, d’une scintigraphie osseuse, d’un scanner du thorax, d’une radiographie pulmonaire, d’une échographie abdominale, d’un Tep Scanner…

Le bilan initial et le bilan d’extension peuvent varier en fonction du tableau clinique. Certains examens ne sont pas systématiques : ils peuvent être prescrits à certaines patientes et pas à d’autres.

 

C’est l’ensemble des résultats de tous ces examens qui permettent au médecin de poser un diagnostic formel. Le dossier de chaque patiente doit ensuite être présenté en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) afin de choisir la meilleure prise en charge thérapeutique de façon personnalisée.

 

 

Prendre rendez vous au centre de la chirurgie de la femme à paris